Informations générales du projet

Maître de l’Ouvrage : Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve

Programme : Antenne administrative

Situation : Rue des Hennuyers, 1348 Louvain-la-Neuve

Surface : 1.221 m²

Architectes : Atelier d’architecture DELTA

Dates : Réception provisoire en octobre 2013

Missions de MATRIciel

Etude de faisabilité de la version passive du bâtiment
Suivi du développement et de la certification énergétique du projet
Etude d’éclairage naturel
Etude de ponts thermiques

Description du projet

L’administration communale d’Ottignies-Louvain-la-Neuve souhaitait déménager et étoffer son antenne locale sur le site universitaire.

Pour ce faire, un nouveau bâtiment a été édifié à proximité immédiate de la gare de Louvain-la-Neuve Université.

Le projet est constitué d’une « tour » de circulation, servant d’identifiant visuel au projet et d’une aile de bureaux développée autours d’un axes NE-SO. Le site présente de fortes contraintes, notamment une profondeur limitée et un fort dénivelé. Le projet en tire parti en proposant un parking extérieur partiellement sous le bâtiment et des entrées à différents niveaux.

Outre les fonctions d’accueil et de bureaux typiques d’une antenne communale, le bâtiment offre une salle polyvalente d’une capacité de 100 personnes.

Le projet a obtenu une certification de bâtiment passif tertiaire sur base des procédures définies par la plateforme maison passive en application à partir de 2009.

Outre la réduction drastique du besoin de chauffage (<15kWh/m²an) obtenue grâce à une surisolation, une étanchéité à l’air parfaite et une ventilation mécanique avec récupération de chaleur haut rendement, le projet doit dès lors faire la preuve de sa capacité à assurer le confort des occupants en été. Une stratégie de rafraichissement a donc été mise en place, sur base des principes suivants :

  • Ventilation intensive de nuit par robotisation des fenêtres et construction d’un mur cheminée pour l’extraction d’air
  • Protections solaires extérieures
  • Masse thermique accessible (pas de faux–plafonds)
  • Rafraîchissement de l’air en journée par un puits canadien.

En outre, d’autres aspects de l’écoconstruction ont été intégrés au projet, tels que la végétalisation de la toiture, l’installation de capteurs photovoltaïques et le choix de matériaux à faible impact environnemental : isolants en laine végétale, bardages terre-cuite et enduits à la chaux.

Au niveau mobilité, le bâtiment s’implante à 100m de la gare et face à un arrêt de bus. Il est équipé d’un parking vélo, d’un vestiaire et d’une douche.

Interventions de MATRIciel

Matriciel est intervenu au stade de l’avant-projet, avec comme mission d’étudier la faisabilité d’une version « passive » du bâtiment.

Cette première étude a permis de déterminer les compositions de parois adéquates et différentes adaptations nécessaires du projet. Notamment, l’étude de l’impact combiné d’un puits canadien et d’une modification des surfaces vitrées a permis de définir un optimum.

Cette première étude a également donné lieu à un travail de conception du mur cheminée, utilisé tant pour la ventilation intensive que comme gaine technique.

Suite à l’introduction de la demande de permis d’urbanisme, MATRIciel s’est vu confié une mission de suivi du développement et de la certification énergétique du projet. Dans ce cadre, nous avons construit un modèle multizone Trnsys pour l’évaluation dynamique du confort d’été. Cette étude a permis d’identifier des pistes d’économies, certains équipements nécessaire au confort d’été sur base du modèle PHPP apparaissant comme inutile sur base de cette évaluation plus précise.

Parallèlement, l’étude PHPP a été affinée, notamment au niveau de l’encodage des ponts thermiques, pour l’évaluation desquels nous avons fait appel au logiciel Trisco. Plus de 20 détails du bâtiment ont été étudiés de la sorte.

Des modélisations du niveau d’éclairement naturel dans un local type ont également été réalisées, afin de s’assurer du confort visuel des travailleurs. L’éclairage artificiel a été défini en fonction, sur base d’une définition précise des besoins en différents points du local. Cet exercice a permis de réduire la puissance de l’éclairage artificiel à 2.15W/m²/100lux. En combinaison avec un mode de gestion performant, on a pu atteindre une division par 5 des consommations électriques de l’éclairage artificiel par rapport à une installation traditionelle.