Maison de repos et de soin à Vielslam

Informations générales du projet

Maître de l’Ouvrage : VIVALIA

Programme : Etablissement d’accueil pour personnes âgées. Le bâtiment a une capacité de 120 lits MR-MRS, dont 65 lits MRS – y compris 5 lits COMA – et 55 lits MR, 15 lits de court séjour (maximum 3 mois) et 10 appartements en résidence-services

Situation : Rue de la Bouvière 14c – 6690 Vielsalm

Surface : 7.700 m2 brut

Architectes : BAEV

Dates : Réception provisoire en décembre 2016

Missions de MATRIciel

Assistance à la conception architecturale, énergétique et environnementale depuis la phase d’esquisse jusqu’à la mise en service et la livraison aux acquéreurs

Etudes des techniques spéciales (HVAC, électricité, sanitaire), dossier d’exécution, suivi de chantier, réception et mise en service

Mission de Responsable PEB

Description du projet

Le projet « La Bouvière » comprend une maison de repos et de soins, une Résidence-services de 10 appartements, des places de parkings pour 70 véhicules et des espaces de cour et jardin.

Développement durable

Confort

Le bâtiment est orienté en tenant compte des spécificités du site. Une attention a été apportée afin de maximiser les gains solaires tout en évitant les surchauffes. L’implantation et l’architecture permet également une exploitation idéale de l’énergie solaire grâce aux bonnes orientations des toitures inclinées et au choix de zones de toiture plate.

Afin d’éviter la surchauffe des stores motorisés ont été installés sur les façades sud.

Une ventilation naturelle (jour et nuit) couplée aux protections solaires est suffisante pour garantir une ambiance confortable dans les chambres. Un système de refroidissement actif n’est alors pas justifié. La ventilation naturelle de nuit est importante puisqu’elle permet de réduire de 30% le nombre d’heures de surchauffe.

A noter également que l’isolation par l’extérieure et l’absence de faux-plancher favorisent également l’accès à la masse thermique du bâtiment (inertie thermique), ce qui est favorable à la maîtrise de la surchauffe.

L’étanchéité à l’air a été mise en avant lors de l’exécution de l’enveloppe et lors de l’élaboration des détails techniques.

Techniques spéciales

Le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire sont réalisés par 2 chaudières gaz à condensation en cascade avec un appoint solaire pour l’eau chaude.

La ventilation hygiénique se fait par une centrale double flux avec récupération de chaleur sur l’air extrait (rendement 78%) et by pass.

Un système de gestion technique centralisée permet de piloter et monitorer les installations en un seul endroit. Ce qui permet d’une part de mieux régler les installations (économies d’énergie) et aussi de programmer des entretiens préventifs (et non curatifs).

Un système de comptage, par poste de consommation (eau, combustible, …), permet de suivre les consommations, d’identifier les dérives et d’intervenir sur les postes concernés. Ce qui permet d’économiser au niveau énergétique mais également d’anticiper certaines opérations de maintenance (en cas de dérive).

L’apport de lumière naturel est assuré par la forme du bâtiment (profondeur des chambres) et les ouvertures (hauteur de linteau).

Les systèmes d’éclairage installés ont été choisis et positionnés pour obtenir les meilleures performance (notamment en termes de consommations par m² pour un niveau d’éclairement identique). Une attention est portée au risque d’éblouissement en choisissant des luminaires équipés de vasques translucides qui empêchent la vue directe du tube lumineux.
Le nombre et la position des luminaires ont été optimisés pour atteindre d’excellents niveaux de performance (2.5W/m² pour 100 lux).

Gestion de l’eau

Dans le cadre de ce projet, il a été prévu une citerne de récupération des eaux pluviales et un bassin d’orage.

Cette citerne a un volume utile de +/-210m³ et permet l’alimentation en eau des toilettes, des machines à laver et l’entretien des abords.

L’ajutage du bassin d’orage permet de réguler le débit d’évacuation vers le réseau d’égout public.

Choix des matériaux et biodiversité

Les différents matériaux ont été évalués sous l’angle de l’impact environnemental au travers des classifications environnementales NIBE.

Les moellons pour les soubassements sont composés de grès schisteux de la région.

La position en recul du bâtiment par rapport à son site d’implantation permet de préserver un arbre remarquable présent sur le site, en bordure de la rue.

Les clôtures ont été réalisées sous forme de haies vives (essences indigènes à majorité marcescentes). Des plantations d’arbres de moyenne tige structurent le parking principal et forment un massif végétal entre la MRS et le cimetière.

Un premier réseau de mobilité douce est mis en place autour de la MRS pour offrir une alternative à la rue de la Bouvière. Plusieurs cheminements piétons complètent l’insertion du projet dans le quartier dont un qui borde les jardins et rallie une ferme pédagogique située à proximité.